Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Adamantablogue
  • Adamantablogue
  • : *Étonnement systémique et libertaire *Évaluations de l'actualité culturelle, artistique, politique, économique, sociale *Ouvertures vers la pensée non conformiste
  • Contact

Partenariats

 

Liminaire

Le site source de ce blog, adamantane.net, a été mis en chantier et en ligne pour assurer simultanément plusieurs fonctions :
  • Présenter un ensemble de littératures polychromes : poèmes, essais, critiques, préfaces, documents pédagogiques, schémas didactiques, fragments sur des thèmes divers
  • Publier des auteurs, et plus généralement afficher des artistes, connus comme méconnus
  • Servir de portail à des associations à but artistique et culturel
  • Accueillir des activités d'écriture collaborative
  • Dissimuler un espace privé dédié à des recherches symboliques.
Son rédacteur veut les assurer de manière :

  • Systémique : les liens et interactions entre les divers domaines de la pensée active constituent en noosphère vivante ce qui sans eux ne serait qu'une froide encyclopédie des savoirs ;
  • &, conjonction de coordination
  • Libertaire : la personne est première ; les maîtres à penser sont à fréquenter avec d'extrêmes précautions, et le progrès nait de la réflexion autonome de chacun venant se combiner à celle des autres.


Recherche

Adamanquoi ?


Rédacteur Agoravox


Nous sommes tous capables d'observer et de commenter.



fremen
Nous sommes tous responsables de l'état de la terre (et du ciel...).



Nethique.info

Nous pratiquons tous les bonnes manières, surtout avec les inconnus.



Cyber@cteurs

Nous pouvons tous intervenir directement dans les processus de décision.





Nous sommes tous aptes à décider de ce qui est bon pour nous.



Nous habitons tous le même village en forme de globe.

Add to Netvibes

Nous avons les moyens de regouper nos blogues en réseau .




Nous pouvons faire connaissance directement par delà les terres et les mers.

Archives

21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 19:18


Il était une fois une femme, et elle aimait les mots.

Trahie par certains de ses proches, qui avaient abusé de sa confiance intime, elle avait souffert dans sa chair secrète, dans son âme émue, dans ses esprits bouleversés .
Elle avait été battue par les vents de la mer, les ressacs incestueux des tempêtes, roulée sur les rivages douloureux de l'enfance au point de s'incarner dans un galet lisse comme une caresse tranchante, poli autant qu'albâtre peut l'être , clos comme un oeuf  hermétique issu de l'athanor foudroyant  d'une tempête exaspérée.
Comme elle aimait les mots, elle eût pitié.
Elle les laissa couver ce galet.
Ils le réchauffèrent de leur patience, s'insinuèrent par les pores de la coquille armure pour en féconder les humeurs, en vivifier  les esprits en léthargie. Et les mots rendirent le galet apte à engendrer la parole ; et la pierre opaque et dense,  telle une reine prolifique et sereine, enfanta poème sur poème, chant sur chant, cri sur cri.
Un jour, un soir venu, alors que le soleil avait été plus chaud ou la pluie plus pénétrante, ou les grillons plus stridents qu'à l'accoutumée, elle décida qu'elle avait désormais assez dit, assez inventé, assez prononcé ces assemblages étranges que certains humains nomment discours, les chats initiés énigme verticale des yeux, et les étoiles matures musiques balbutiantes des planètes.

Mais, habitués à l'entendre vaticiner dans le respect rythmé des règles rhétoriques, se déclarant irremplaçablement séduits par la musique mentale et charnelle de ses mélopées, les spectateurs, du haut des gradins, les pieds dans la poussière de poème et la tête dans l'odeur capiteuse des aveux, réclamèrent dans un tumultueux  charivari la suite de la tragédie.
Telle la sangsue humide et froide glissant sur le ventre de la femme, s'insinuant entre ses seins  en chuchotant  encore, encore.

Elle ne voulait point reprendre ce travail qui, d'aiguilles traversantes aux chas d'acier moiré en coutures sanglantes nouéees de surjets méticuleux, la meutrissait sans parvenir à la vêtir du manteau de la paix, l'exsanguait, la vidait de sa substance essentielle.
Lassée des clameurs de la foule, du vacarme des voyeurs, des baisers goulus des vampires, elle qui avait répandu avec patience les semences nées du galet dans tant de champs de mots, où de rapaces faucheurs entrés par effraction avaient  confisqué les moissons, détourné les gerbes et même subtilisé les chaumes, elle imagina un subterfuge.

Elle dit :

J'ai entendu votre demande.
Vous ne pouvez savoir à quel point elle m'est à la fois délicieuse et insoutenable. C'est ma douleur, ma blessure ancienne, ma cicatrice intérieure que vous voulez que je rouvre pour satisfaire vos clameurs avides.  Lasse de me reconstruire inutilement dans ce travail qui me déchire, j'accepte d'être la victime complice de ce sacrifice.
Je n'y mets qu'une condition.
Si un seul d'entre vous, peu importe qui, vient ici devant moi prononcer sans erreur, sans souffle décalé, sans hésitation d'accent, et dans l'ordre qui lui plaira tous les textes dont je vous ai fait don, ou plutôt que je vous ai laissé m'arracher de la tête et du coeur, alors je m'engage à continuer de vous offrir sans m'en plaindre la chair de ma chair, l'âme de mon âme, l'esprit de mon esprit, le poème vivant qui me tue et vous fait survivre, jusqu'à ce que de mon être dépecé, décharné, désassemblé ne subsistent rien qu'une tache sur le papier du grand livre universel et une ombre dans la lueur des chandelles éternelles.

Depuis...
Depuis, elle siège, impassible, sur le trône silencieux de l'Impératrice. Nul n'a réussi l'épreuve. Et dans le secret de son coeur, cette fois, elle a pu renouer sa silencieuse idylle avec les mots, les merveilleux mots à la fois rétifs à ses ardeurs et soumis à sa passion. Les mots de son désir.

Crédits : merci à la mer, qui forme les galets sans compter...et aux minéraux, granits, silex ou basaltes, qui se laissent former sans trop gémir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Adamantane - dans Textes brefs
commenter cet article

commentaires

Laura Asma 25/08/2007 01:07

Les êtres naissent et meurent. Ils sont comme les syllabes d’un mot et les mots d’une phrase dans ce contexte des siècles : leur durée, ou longue ou brève, forme le merveilleux cantique de ce monde qui s’écoule continuellement et sans intervalles. Dieu prévoit et détermine par sa volonté le temps où on les voit et les entend, et nul ne prolonge son existence au-delà du terme qu’il a fixé. Il est le maître de notre arrivée et de notre disparition, comme il l’est de la naissance et de la chute des feuilles. Extrait du livre : Saint Augustin, Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse...

Adamantane 29/08/2007 00:54

L'évêque d'Hippone manifesta, comme Saint Jean de la Croix ou Pierre Teilhard de Chardin, un tempérament lyrique.Leus écrits ont pourtant eu pour résultat, sinon pour perspective, de prolonger leur existence au delà du terme (qu'Il ) a fixé. A moins que la trace écrite ne soit aussi manifestation d'existence. Est-ce pour cela que l'archange  Djibril a dicté le Coran au prophète illettré  ?

djose62 24/05/2006 10:47

je ne peux te faire parvenir mes récit de vie por l'instant,
mais j'aurais bession de conseils et d'aide pour mon blog
mais c'est promi je le ferais
merci d'avance
djose62.

djose 22/05/2006 17:08

je trouve L'impératrice des mots vraiment révélatrice, et me ressemble un peu même si chaque histoire est différente, les trahisons telles que l'on les ressents et telles qu'on les interprétent... j'ai été dans la même situation.
je suis juste dans le commencement car le temps me manque
peux tu me donnais quelques commentaires et conseils pou embelir mon blog
http://djose62.over-blog.net/
merci d'avance...
 

Lemniscate 22/05/2006 15:25

Ce texte me fait penser à ce court  poème (sonnet ?) de Patricia Guénot sur les mots...Mes phrases endiablées, enveloppées de flammes,Exaltent la fureur de mes papillons noirs,Afin que, ballottée sur le fil du rasoir,Je compose des vers pétris de mélodrames.Dans la nuit barbelée où les ténèbres tramentUn piège silencieux pour noyer mon espoirDans un bourbeux marais au parfum d’encensoir,J’écris des mots brûlants qui calcinent mon âme.Mes poèmes sanglants ravagent mon esprit,Si bien que ma mémoire éclate en vains débrisDe solitude armée, qui maculent ma page.Le faisceau cristallin de mes cinglants quatrainsCreuse un gouffre d’effroi dans l’obscur marécageDe mon cœur envahi d’un insidieux chagrin.