Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Adamantablogue
  • Adamantablogue
  • : *Étonnement systémique et libertaire *Évaluations de l'actualité culturelle, artistique, politique, économique, sociale *Ouvertures vers la pensée non conformiste
  • Contact

Partenariats

 

Liminaire

Le site source de ce blog, adamantane.net, a été mis en chantier et en ligne pour assurer simultanément plusieurs fonctions :
  • Présenter un ensemble de littératures polychromes : poèmes, essais, critiques, préfaces, documents pédagogiques, schémas didactiques, fragments sur des thèmes divers
  • Publier des auteurs, et plus généralement afficher des artistes, connus comme méconnus
  • Servir de portail à des associations à but artistique et culturel
  • Accueillir des activités d'écriture collaborative
  • Dissimuler un espace privé dédié à des recherches symboliques.
Son rédacteur veut les assurer de manière :

  • Systémique : les liens et interactions entre les divers domaines de la pensée active constituent en noosphère vivante ce qui sans eux ne serait qu'une froide encyclopédie des savoirs ;
  • &, conjonction de coordination
  • Libertaire : la personne est première ; les maîtres à penser sont à fréquenter avec d'extrêmes précautions, et le progrès nait de la réflexion autonome de chacun venant se combiner à celle des autres.


Recherche

Adamanquoi ?


Rédacteur Agoravox


Nous sommes tous capables d'observer et de commenter.



fremen
Nous sommes tous responsables de l'état de la terre (et du ciel...).



Nethique.info

Nous pratiquons tous les bonnes manières, surtout avec les inconnus.



Cyber@cteurs

Nous pouvons tous intervenir directement dans les processus de décision.





Nous sommes tous aptes à décider de ce qui est bon pour nous.



Nous habitons tous le même village en forme de globe.

Add to Netvibes

Nous avons les moyens de regouper nos blogues en réseau .




Nous pouvons faire connaissance directement par delà les terres et les mers.

Archives

5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 22:46

Pour nourrir le papier récent (très...) consacré à la latinopédie, j'ai fait quelques recherches dans ma bibliothèque et retrouvé un fascicule à 1 F, publié par l'Amitié par le Livre [*], signé Camille Belliard, et intitulé Le latin, langue mor te, faut-t-il l'enterrer ?

Il réagissait à la parution d'un ouvrage, A bas le latin, signé lui par...un professeur agrégé de latin, Régis Messac.

Je vais donc lire avec soin ces douze pages, et revenir vers vous avec de nouvelles informations, supputations, déductions à verser au dossier du débat.

 

[*] Fondée en 1930, l'Amitié par le Livre, oeuvre d'instituteurs, président-fondateur Camille Belliard (1899-1987), veut se tenir en contact avec tous...

Partager cet article

Repost 0
Published by Adamantane - dans Notes de lecture
commenter cet article

commentaires

Jean-Pierre Desthuilliers 09/09/2010 10:53




Lorsque j'ai consulté l'article de WikiPédia consacré à A bas le latin, j'ai en effet constaté qu'il y avait eu pas mal de vives
discussions à son sujet. En fait, certains contributeurs confondent, dans son apllication, deux aspects du principe de neutralité de point de vue qui est un des
axiomes fondateurs de cette base de données interactive(s).


 


-D'une part, appliqué à la notice, il oblige à ne pas prendre parti pour une thèse particulière au sujet de l'objet de ladite notice. Dans ce cas, par exemple, faire uniquement l'éloge de ce
livre, ou se borner à le conspuer, serait une erreur rédactionnelle. L'article se doit d'être factuel, ce qui est tout à fait normal dans une perspective encyclopédique moderne (encore que
toute action d'information puisse être soupçonnée de parti pris...mais ceci est un autre débat !).


 


-D'autre part, appliqué  -à tort, ce qui est à mon avis arrivé - au contenu de l'objet décrit, il peut conduire à révoquer des paragraphes entiers, ceux qui précisément informent
sur ce qu'est l'objet. Or A bas le latin est un pamphlet qui obéit aux règles de ce genre littéraire, donc peut sembler à lecture engagé,
vigoureux, définitif, partial...La lecture de la page de discussion associée semble montrer que tel a été le malentendu.


 


Je vais acheter le livre, et reprendre la rédaction de la notice. Le système global WikiPédia permet, dans un autre projet , WikiSource, de mettre en ligne des extraits d'un ouvrage, s'il n'y a
pas violation de copyright. Ce peut être une solution simple pour séparer les deux variables, information sur et contenu de, tout en
respectant les principes de base de l'entreprise WP.


 




olmès 08/09/2010 12:44



Vous avez bien fait d'indiquer l'édition d'À bas le latin ! sur la fiche Wikipédia. Nous l'enrichirons ultérieurement. Le sujet est délicat à traiter car, chose curieuse, cette fiche a
suscité à sa création des réactions d'hostilité très violentes. Elle a même été un temps supprimée puis "purgée", selon l'expression consacrée. Son argumentaire a été finalement réduit à trois
lignes et l'historique a été détruit. Bref, c'est un sujet avec lequel on ne rigole pas !



olmès 06/09/2010 18:28



La brochure de Belliard manque d'autant moins d'intéret que le courageux éditeur avait lui-même tenté, en 1963, de rééditer À bas le latin !, mais il s'était heurté à des oppositions.
Bref, une nouvelle édition du livre de Régis Messac paraît actuellement, augmentée d'articles et de correspondance postérieure à l'édition originale, et précédée d'une préface d'Anne-Marie
Ozanam, professeur au lycée Henri-IV.


voir : http://www.arts-et-culture.org/regis-messac/



Adamantane 08/09/2010 12:11



Merci pour toutes ces précisions.


Il y a une notice WikiPédia consacrée à A bas le latin, peut-être mériterait-elle d'être enrichie ? C'est là :
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%80_bas_le_latin_!


J'y ai ajouté il y a peu la référence de la réédition, telle que vous la signalez.


 


Le préfaçage par une enseignante d'HIV me fait me souvenir que, dans les années 56 et séq., alors que j'y étais taupin, l'administration du lycée m'avait donné la possibilité de fréquenter le
cours de latin des chartistes, ce que je fis avec intérêt.


Mon expérience personnelle est que, même et surtout si le latin  de l'époque faste de la civilisation romaine tel qu'il nous a été enseigné ne serait peut-être pas approprié à la
communication au sujet de thèmes techniques ou technologiques, sa pratique m'a bie aidé à comprendre la raison d'être des méthodes analytiques pour l'appréhension de phénomènes perçus comme
complexes.


Par ailleurs, si mes camarades de milieux aisés avaient un plus ou moins fort avantage en matière de culture générale et de facilité de langage, nous nous retrouvions à égalité devant les
problèmes de grammaire latine (ou grecque, j'ai goûté aux deux) à résoudre.


Le titre est provocateur, et cela est bon pour stimuler la pensée autonome. Le lien entre titre et contenu ne peut être à mon avis établi qu'à lecture.


J'écrirais bien, dans un style orienté pamphlet, un  essai A bas les maths, quand je vois la confusion mentale qui préside à
l'enseignement des ces disciplines (pluriel volontaire ; algèbre et géométrie proposent deux cartographies différentes du réel et du virtuel - qui n'est pas l'opposé du réel, mais un domaine
connexe) et les dégats causés en matière d'échec scolaire par des programmes inadaptés à la fois au besoins ultérieurs des élèves et aux mécanismes d'apprentissage propres aux enfants et aux
adolescents.