Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Adamantablogue
  • Adamantablogue
  • : *Étonnement systémique et libertaire *Évaluations de l'actualité culturelle, artistique, politique, économique, sociale *Ouvertures vers la pensée non conformiste
  • Contact

Partenariats

 

Liminaire

Le site source de ce blog, adamantane.net, a été mis en chantier et en ligne pour assurer simultanément plusieurs fonctions :
  • Présenter un ensemble de littératures polychromes : poèmes, essais, critiques, préfaces, documents pédagogiques, schémas didactiques, fragments sur des thèmes divers
  • Publier des auteurs, et plus généralement afficher des artistes, connus comme méconnus
  • Servir de portail à des associations à but artistique et culturel
  • Accueillir des activités d'écriture collaborative
  • Dissimuler un espace privé dédié à des recherches symboliques.
Son rédacteur veut les assurer de manière :

  • Systémique : les liens et interactions entre les divers domaines de la pensée active constituent en noosphère vivante ce qui sans eux ne serait qu'une froide encyclopédie des savoirs ;
  • &, conjonction de coordination
  • Libertaire : la personne est première ; les maîtres à penser sont à fréquenter avec d'extrêmes précautions, et le progrès nait de la réflexion autonome de chacun venant se combiner à celle des autres.


Recherche

Adamanquoi ?


Rédacteur Agoravox


Nous sommes tous capables d'observer et de commenter.



fremen
Nous sommes tous responsables de l'état de la terre (et du ciel...).



Nethique.info

Nous pratiquons tous les bonnes manières, surtout avec les inconnus.



Cyber@cteurs

Nous pouvons tous intervenir directement dans les processus de décision.





Nous sommes tous aptes à décider de ce qui est bon pour nous.



Nous habitons tous le même village en forme de globe.

Add to Netvibes

Nous avons les moyens de regouper nos blogues en réseau .




Nous pouvons faire connaissance directement par delà les terres et les mers.

Archives

5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:38

http://www.adamantane.net/illustrations/chou_hibou_haikou/Chou Hibou Haik(o)u, Guide de haïku à l’école et ailleurs...

 

Caractéristiques éditoriales : Format : 17 x 24 cm - Nombre de pages : 220 - Prix public : 13 euros - ISBN : 978-2-84301-331-7

Auteurs : 13 poètes,  spécialistes du genre « haïku » :

Jean Antonini, Alain Kervern, Georges Friedenkraft, Patrick Chomier, Danièle Duteil, Klaus-Dieter Wirth, Luce Pelletier, Meriem Fresson, Romain Labrousse, Ion Codrescu, Robert Gillouin, Lydia Padellec, isabel Asúnsolo

 

Direction : Jean Antonini,

Editeur : ALTER-éditions,

 

Pourquoi le haïku à l’école ?


Je laisse la parole au directeur de publication de cet ouvrage collectif.


Il est important pour les jeunes garçons, les jeunes filles, de découvrir la poésie à l’école et de créer une relation vraie avec elle. Non seulement pour apprendre des textes par cœur comme nous le faisions quand nous avions leur âge ou pour s’extasier sur les tournures d’une langue exceptionnelle, mais aussi pour éprouver ce lien essentiel : soi-même – le monde – le langage, qui nous constitue.

Et pour cela, le haïku s’avère parfait. Son abord n’en impose pas au lecteur. Il semble simple, proche. On s’y essaie volontiers. Et pourtant : exprimer ce qui vous a touché en quelques mots suppose un travail de précision sur la langue. Le haïku… « c’est ce qui arrive, ici, à cet instant », disait Bashô, le poète japonais fondateur du genre. Pas de thèmes abstraits ou fictifs, donc, mais l’écho d’un être singulier dans sa vie de tous les jours, dans le respect des choses et des êtres, singuliers eux aussi. Et pour le jeune haïkiste, cette observation quotidienne devient un travail de la conscience et de la langue conjoints. L’occasion de réenchanter la vie ordinaire !

Jean Antonini


Ce texte est sous Copyright © ALTER ÉDITIONS 2011. Aussi j'espère que cette longue citation ne me vaudra pas de réactions plagiphobes, [1] tant de nos jours la suspicion d'une imitation qui dépasse l'harmonie vient s'insinuer dans le concert des lecteurs avisés.

 

 

Mais qu'est-ce que le Haik(o)u ?

 

Le haïkou est un poème de forme fixe d’origine extrême-orientale. Depuis une trentaine d’années, cette manière d’écrire a été mondialisée. Quels sont les facteurs de sélection naturelle de schémas mentaux qui expliquent cette prolifération ?
-probablement l’attrait pour l’exotisme (Japon) et l’ancienneté (XIIII ° siècle) ;
-plus certainement l’apparente facilité du procédé : une strophe de trois vers, de longueur 5, 7 et 5 syllabes, et voilà le haïkou tourné : un poème de 17 syllabes, soit en français environ 50 à 70 lettres !

La production mondiale est intense, inégale, et à franchement parler souvent mauvaise, trop de rédacteurs croyant qu’il suffit du 5-7-5 magique pour haicoudre un bijou. Elle donne toutefois à espérer. Que cette forme ancienne puisse renaître et prospérer est d’autant plus prometteur que sa vulgarisation est bénéfique pour la culture populaire tout autant que pour le perfectionnement des lettrés.

 

Quelques (vrais ?) critères de qualité méritent d’être ajoutés au fatidique 5-7-5, pont aux ânes du pseudo-haïkou, qui n'est guère qu'un critère de quantité fort subjectif, faute de définition commune des règles de la prosodie (à supposer que l'auteur du pseudo-haikou connaisse le concept de prosodie...).

-d’une part, le texte se doit d’être allusif quant à son point focal : ne pas nommer la chose dont il est question, sous peine de lourdement claquer la porte du rêve ; au contraire, faire prestement le tour d’un centre vide que ce mouvement va créer
-d’autre part, l’auteur se doit de prouver sa capacité à saisir l’instant fugitif, en se détachant de démontrer quoi que ce soit pour se retenir à caresser l’évocation ;
-et enfin le matériau de base le plus noble n’est ni le concept, ni les valeurs, mais un objet deviné, une présence suggérée, un spectacle ordinaire que l’exquise esquisse verbale va métamorphoser.

 

Le haïkou est donc une école d’ascèse joyeuse, de formulation efficace de l’essentiel.

Si cet art peut être pratiqué individuellement, il peut aussi, sans déformer sa propre tradition, être collectif. La forme du tanka s’y prête bien. Un tanka c’est en quelque sorte un haïkou allongé (en fait, historiquement, ce serait le contraire…) comportant deux sous-ensembles : un verset en 5-7-5 et un répons en 7-7. Ils sont selon les cas réunis ou accolés.

 

Pourquoi le Haik(o)u en formation ?

 

Les processus pédagogiques alternent et font coexister des besoins d’objectivation et des nécessités d’ancrage –au sens programmation neuro-linguistique du terme-. Leur satisfaction est facilitée par la construction d’images mentales mémorisables –voir les travaux de La Garanderie sur la fonction d’évocation…
Un consultant-formateur désireux d’agir dans son cadre professionnel en n’ayant pas honte de faire référence à sa pratique poétique personnelle peut-il, dans des actions de formation à l’organisation, à la pédagogie, au management, utiliser le processus de la production de textes poétiques pour déclencher en chaque participant la construction de telles images mentales ?
Cet emploi alternatif  [ altère natif ] de la poésie altère-t-il le sens du poétique, chez le consultant et les participants ?
Comment s’en faire une idée à travers des exemples ?

Pour en savoir plus, deux portes à ouvrir :

-ce livre

-le travail de préparation d'un colloque - resté dans les limbes de Cerisy - sur le thème de l'altérité de la poésie.

 

[1] Le mot plagiat semble ignoré des grecs anciens. Il faut se souvenir que le concept même de plagiat n'a semble-t-il pas germé sur le terreau hellénique. Dans une épreuve de thème grec, il faudrait user de circonlocution, du genre le voleur de discours. On pourrait parler de logocleptomanie...Le grec moderne d'ailleurs utilise le mot λογοκλόποσ .

 

Crédits : la couverture du livre a été reprise du site de l'éditeur. Me manque le nom de l'illustrateur...

Partager cet article

Repost 0
Published by Adamantane - dans Notes de lecture
commenter cet article

commentaires

Jean Antonini 30/10/2011 08:22



Merci pour votre article et pour le livre.


Le graphisme de couverture est de mine@graphismine.com


Le dessin est de Victor Caniato : http://le-jardin-de-jocelyneetvictor.com


 



Adamantane 30/10/2011 20:00



Eh bien, Jean, ces précisions sont les bienvenues. Merci d'être passé par là.