Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Adamantablogue
  • Adamantablogue
  • : *Étonnement systémique et libertaire *Évaluations de l'actualité culturelle, artistique, politique, économique, sociale *Ouvertures vers la pensée non conformiste
  • Contact

Partenariats

 

Liminaire

Le site source de ce blog, adamantane.net, a été mis en chantier et en ligne pour assurer simultanément plusieurs fonctions :
  • Présenter un ensemble de littératures polychromes : poèmes, essais, critiques, préfaces, documents pédagogiques, schémas didactiques, fragments sur des thèmes divers
  • Publier des auteurs, et plus généralement afficher des artistes, connus comme méconnus
  • Servir de portail à des associations à but artistique et culturel
  • Accueillir des activités d'écriture collaborative
  • Dissimuler un espace privé dédié à des recherches symboliques.
Son rédacteur veut les assurer de manière :

  • Systémique : les liens et interactions entre les divers domaines de la pensée active constituent en noosphère vivante ce qui sans eux ne serait qu'une froide encyclopédie des savoirs ;
  • &, conjonction de coordination
  • Libertaire : la personne est première ; les maîtres à penser sont à fréquenter avec d'extrêmes précautions, et le progrès nait de la réflexion autonome de chacun venant se combiner à celle des autres.


Recherche

Adamanquoi ?


Rédacteur Agoravox


Nous sommes tous capables d'observer et de commenter.



fremen
Nous sommes tous responsables de l'état de la terre (et du ciel...).



Nethique.info

Nous pratiquons tous les bonnes manières, surtout avec les inconnus.



Cyber@cteurs

Nous pouvons tous intervenir directement dans les processus de décision.





Nous sommes tous aptes à décider de ce qui est bon pour nous.



Nous habitons tous le même village en forme de globe.

Add to Netvibes

Nous avons les moyens de regouper nos blogues en réseau .




Nous pouvons faire connaissance directement par delà les terres et les mers.

Archives

2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 19:09

 

http://recherche.univ-montp3.fr/cercam/IMG/rubon36.gifDans Le Monde du 28 août, sous le titre A quoi sert le Latin, Michael Bulley s'interroge... Dans Le Monde du 3 septembre, Cecilia Suzzoni et Michel Walter lui répondent.

A noter qu'aucun des deux ne s'est exprimé en latin. Le mouvement pédagogique initié par Théodore Aubanel et médiatisé par la revue Vita Latina avait tenté, en 1957, de renverser les classifications langue vivante / langue morte - à la quelle nous pourrions ajouter la nuance langue mourante - en proposant d'apprendre et utiliser  le latin dans la perspective non de traduire Ciceron ou Cesar, mais de communiquer entre nous. Cet objectif initial a été réorienté. Il ne s'agit plus de communiquer, mais de découvrir de nouvelles pédagogies du latin et d'informer sur l'état des études latines .

De fait, de même que les tentatives de simplifier les relations entre les peuples par l'usage de langues universelles artificielles, ou plutôt chimériques, au sens biologique du terme, se sont heurtées à une formidable résistance au changement, de même l'idée, pourtant simple, de ressusciter une langue morte pour atteindre ce même but n'a pas eu plus de succès.

La biodiversité de l'humanité a très probablement besoin de la multiplicité des langues, des cultures, des systèmes politiques, des spiritualités,  pour maintenir le potentiel d'évolution adaptative des humains.

 

Les langues mortes, telle le latin, sont d'un apprentissage dépaysant, qui prépare à la pratique de la tolérance altruiste vis à vis de systèmes de pensée différent de celui dans lequel la plupart d'entre nous tombent quand ils sont tout petits. Voire au désir fraternel de connaître ce qui est différent. 

D'autres langues anciennes le sont plus encore, qui obligent à acquérir la capacité de lire un alphabet graphiquement différent, ainsi le grec, souvent associé au latin dans nos cursus scolaires.

 

De même que l'apprentissage des écritures symboliques et de la manipulation des représentations abstraites des opérateurs mathématiques serait - ou est ? - une formation utile à qui veut acquérir une capacité littéraire, celui des langues mortes serait -ou est ? - un entrainement pertinent à qui veut se doter d'un savoir-faire opérationnel dans une spécialité téchnologique.

 

Les arguments en faveur de cette manière de voir sont bien connus :

-élargissement des structures mentales, par l'expérimentation de manières de décrire et projeter le monde réel qui diffèrent de celle de notre primo-infection ;

-obligation pour réussir à résoudre les problèmes proposés de mettre en oeuvre une démarche analytico-synthétique qui est une des composantes de la méthode scientifique.

Je n'en ajouterai qu'un : la version grecque est un exercice plutôt amusant...

 

Retournement de perspective : A quoi sert l'algèbre linéaire ?  Il y aurait un article à faire là-dessus. Cette discipline mathématique est enseignée dans les classes prépa et nourrit certaines épreuves des concours d'entrée dans nos grandes écoles, Quels sont les ingénieurs en fonction qui ont régulièrement recours au théorème de Cayley-Sylvester [*] pour résoudre des problèmes professionnels ? Quelques-uns, et souvent sans le savoir, car ils en exploitent peut-être une conséquence, mais en réalité combien ?

 

 

 

[*] Les étudiants de Cambridge se souviennent-ils des efforts d'Arthur Cayley pour y fairre accepter des étudiantes, et les amateurs de calcul matriciel ont-ils été mis au courant de la passion de James Joseph Sylvester pour la prosodie ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Adamantane - dans Notes de lecture
commenter cet article

commentaires

Ariane Chambergeot 04/09/2010 11:57



Latinomanie ? Vraiment ?


Opiomanie, cleptomanie, désignent des états addictifs symptômes d'un déréglement, d'une maladie. Or ce rappel des vertus du latin, et autres langages périmés qui se sont d'ailleurs plus dissous
dans d'autres qu'ils n'ont disparu sans laisser de traces vivantes, de descendance même, n'a rien de maladif.


Latinophilie ? Bon, encore un substantif qui rime avec d'autres qui désignent aussi des difficultés d'être, voire l'incapacité à maîtriser
certaines pulsions jugées coupables.


Latinomachie ? ...Combat en faveur du latin...Latinoglossie ? ...Capacité à parler
latin...Latinomnésie ? ...Mémoire du latin...Latinospermie ? ...Ensemencement (des
connaissances) par le latin...


 



Adamantane 04/09/2010 22:17



Merci pour ces suggestions bien argumentées.


Latinomachie a tout d'abord évoqué pour moi le songe de Polyphile, co-titré Hypnerotomachia Poliphili , c'est à
dire hypnerotomachie, ou combat d'amour en songe. Et en voilà un livre bien digne d'intérêt...Mais hélas il y a aussi la détestable
tauromachie - Thésée lui au moins n'ensanglanta pas le sable du labyrinthe pour un divertissement d'ilotes -, ce qui fait réfléchir.


Je vais toutefois modifier le nom de ce papier. Latinopédie me va finalement mieux que latinomanie.