Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Adamantablogue
  • Adamantablogue
  • : *Étonnement systémique et libertaire *Évaluations de l'actualité culturelle, artistique, politique, économique, sociale *Ouvertures vers la pensée non conformiste
  • Contact

Partenariats

 

Liminaire

Le site source de ce blog, adamantane.net, a été mis en chantier et en ligne pour assurer simultanément plusieurs fonctions :
  • Présenter un ensemble de littératures polychromes : poèmes, essais, critiques, préfaces, documents pédagogiques, schémas didactiques, fragments sur des thèmes divers
  • Publier des auteurs, et plus généralement afficher des artistes, connus comme méconnus
  • Servir de portail à des associations à but artistique et culturel
  • Accueillir des activités d'écriture collaborative
  • Dissimuler un espace privé dédié à des recherches symboliques.
Son rédacteur veut les assurer de manière :

  • Systémique : les liens et interactions entre les divers domaines de la pensée active constituent en noosphère vivante ce qui sans eux ne serait qu'une froide encyclopédie des savoirs ;
  • &, conjonction de coordination
  • Libertaire : la personne est première ; les maîtres à penser sont à fréquenter avec d'extrêmes précautions, et le progrès nait de la réflexion autonome de chacun venant se combiner à celle des autres.


Recherche

Adamanquoi ?


Rédacteur Agoravox


Nous sommes tous capables d'observer et de commenter.



fremen
Nous sommes tous responsables de l'état de la terre (et du ciel...).



Nethique.info

Nous pratiquons tous les bonnes manières, surtout avec les inconnus.



Cyber@cteurs

Nous pouvons tous intervenir directement dans les processus de décision.





Nous sommes tous aptes à décider de ce qui est bon pour nous.



Nous habitons tous le même village en forme de globe.

Add to Netvibes

Nous avons les moyens de regouper nos blogues en réseau .




Nous pouvons faire connaissance directement par delà les terres et les mers.

Archives

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 15:38

Ce blogue avait signalé en son temps une exposition de la peintre [*] Elisabeth Tiefenthaler. Je ne pense pas que si elle récidive, cette fois au salon des indépendants,  ce soit pour justifier cet amical et professionnel référencement. Je ne pense pas non plus qu'elle ait besoin d'encouragements pour perséverer.
Ainsi sont les artistes.  Toutefois, leur donner l'aide qu'ils méritent  sans qu'ils l'aient demandée est peut-être un moyen, pour un autre artiste, de manifester une fraternelle solidarité.
Cette année, elle se fait une joie, que je partage, d’être présente au Salon des Indépendants. Cette manifestation nationale de l’art réunit, depuis 1884, de nombreux artistes de toutes tendances, pourvu qu'elles soient aujourd'hui minoritaires.

Pour participer,  voilà les coordonnées : 
-Module M .4, du samedi 4  au jeudi 9 avril 2009de 11 h 30 à 19 h 30 , et nocturne le mardi 7 avril jusqu’à 22 h 00 ),
-Espace Champerret  - PARIS 17 ème.

L'hippocampe est un poisson bizarre. Trop fréquent dans les aquariums, bien que peu fréquent sur les étals des poissonneries. Espèce menacée, du fait des vertus médicales prêtées à ses cendres – qui ne les rendront jamais à la vie. Ce fils putatif des chevaux de Ποσειδῶν – Poseïdon, en forme de point d'interrogation, ce cerf-nageant,  a de nombreuses particularités. Ses yeux sont indépendants l'un de l'autre, et tel le caméléon il a à gérer deux champs visuels. C'est le mâle qui porte les œufs et accouche des petits.

[*] La question du genre reste posée. Même si la solution de l'épicénie se propose, comment concilier la démachisation du langage et l'intelligibilité des textes ?

Crédit : merci à Élisabeth Tiefenthaler pour cet  Hippocampe bleu.
Repost 0
Published by Adamantane - dans Nouvelles des arts
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 22:21

Notre pape a pris le risque de conforter un à un les accords secrets qui lient le MJ12 aux Petits Gris. Est-ce parce que  Malachie lui attrribue, 111°  et dernier – ça se discute – de la lignée de sa prophétie, une devise pour le moins troublante, De gloria olivae – De la vanité de l'olivier – . L'olivier est le symbole de la paix, de la force, de la victoire sur le temps.
Et voilà que nous apprenons que ce symbole est vain, vantard, vétuste. Que notre destin est en réalité la querelle, la faiblesse, la mortalité précoce.

Je pense qu'il faut peut-être comprendre la déclaration selon laquelle le préservatif n'est pas un remède au sida, et qu'au contraire il en aggrave l'emprise comme une forme de parabole.
Le message ne serait-il pas, par exemple :
La confession n'est pas un remède au péché, au contraire elle en aggrave l'emprise ?
ou bien :
La religion n'est pas un remède au mal de vivre, au contraire elle en aggrave l'emprise
?


Pour les Petits Gris, nous ne serions que du bétail, ou plutôt un matériau génétiquement compatible facilitant la survie d'une race supérieure.
Empêcher la propagation du Sida, reconnaître le droit à l'interruption d'une grossesse forcée, dénoncer le gâchis inhumain des fours crématoires, c'est agir à l'encontre des intérêts des Petits Gris, qui ont besoin au contraire que ces anomalies perdurent, pour justifier leurs propres manipulations ainsi noyées dans la masse des accidents individuels ou collectifs.

Si ce billet a une odeur de SF, c'est peut-être aussi pour rendre hommage à Philip Jose Farmer, qui vient de quitter les terrestres demeures pour aller vérifier ses intuitions métaphysiques.

Repost 0
Published by Adamantane - dans Libertaire
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 17:55

La houle qui s'est installée sur l'océan bancaire peut donner la nausée.
Bonne idée que d'inciter chacun(e) à se renseigner sur les pratiques économiques, écologiques et sociales de "sa" banque.
Décider de changer de prestataire et passer à l'action est acte méritoire.
D'une part il est bien pratique, à un certain âge, ou dans certaines circonstances de vie, que l'agence bancaire à laquelle le compte est rattaché soit un commerce de proximité. Ne serait-ce que pour les remises de chèque et retraits de chèquier. D'où l'importance de l'implantation du réseau. Sur ce plan, la banque postale, c'est assez commode.
D'autre part, à partir du moment où l'on a choisi le moyen des virements et prélèvements automatiques pour gérer les flux monétaires, le changement de RIB est une épreuve longue, difficile et risquée.

Ii y a trois ans j'ai choisi de quitter une entité un peu déplaisante quant à ses méthodes de management, sa relation avec les clients et le choix de ses relations d'affaires, pour utiliser les services d'une banque populaire ( celles où l'on peut même être associé en achetant des parts ).
Comme toutes mes ressources ( trois retraites versées par des organismes différents ) et toutes mes dépenses et contributions ( impôts, charges, etc. ) sont traitées par virement, et que la banque laisse le client effectuer toutes les démarches requises ( une vingtaine dans mon cas ), la synchronisation est impossible. Résultat : des découverts sur les deux comptes, le sortant et l'entrant, et de longues heures d'explications pour minimiser la casse. Le sortant, ayant perdu le client, argumente : c'est bien fait débrouillez-vous. L'entrant, considérant que cela commence mal, vous demande de restituer le chéquier en attendant que ça s'arrange.

Le fond du problème est une fois de plus qu'un énorme mensonge vient polluer la liberté théorique du choix du fournisseur dans cet univers libéral-capitaliste. Dans la pratique, rien n'est fait pour que ce choix puisse s'exercer, bien au contraire. Les obstacles de détail, par leurs conséquences, peuvent venir à bout des volontés les plus tenaces. Et ces obstacles naissent du fait que les principes et les procédures se contredisent. Pour ne rien dire des pratiques, elles-mêmes souvent en désaccord et avec les principes, et avec les procédures...

Il serait donc peut-être utile de lutter pour que l'infrastructure administrative soit cohérente avec la superstructure législative. Sans parler du poids excessif que prennent les micro-décisions des agents intermédiaires, des gens comme "vous et moi" qui hors du travail militent souvent pour plus d'équité et de générosité, et dans l'exercice de leur profession manifestent assez facilement une tâtillonnerie à la limite de l'abus de pouvoir.

La liberté du consommateur est un soleil de papier : elle ne brille que sur les notices publicitaires et les affiches de réclame.
Bon, j'ai l'air un peu désabusé, comme ça ; mais je suis de tout coeur avec celles et ceux qui se rebellent de manière concrète et réfléchie.
Repost 0
Published by Adamantane - dans Systémique
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 21:43

Bon, un évêque provocateur a encore frappé. Après qu'un monseigneur eût pris l'histoire à contre-pied en demandant de nouvelles preuves d'un génocide technologiquement conçu et organisé, un autre lance l'anathème sur les médecins qui ont voulu éviter à une fillette de dix ans, violée avec abus de personne ayant autorité,  d'avoir, en plus de devoir à survivre à un traumatisme majeur, à élever les enfants nés de cette violence familiale.

A titre personnel, il y a des jours où je me réjouis d'avoir été,  pour des motifs que je juge honorables au plan humain, exclu d"une communauté qui accueille des membres aussi peu recommandables dans des postes aussi élevés.
L'Eglise est, théologiquement parlant et si j'ai bien compris, le corps mystique de Dieu le fils. C'est aussi une communauté humaine avec toutes les particularités connues d'Homo Sapiens : un face obscure adepte de toutes les turpitudes criminelles dénoncées par la face claire.

Qui peut décider, sinon Dieu le fils, de se débarrasser des épines dans sa chair ? Comment une règle institutionnelle, invoquée par des hommes, peut-elle se substituer à ce que les représentants éminents de cette institution nomment la volonté divine ? Or, symboliquement au moins,  Dieu le fils,  si les évangiles sont dignes de foi, ne s'est pas débarassé de sa couronne d'épines, ni des clous qui le meurtrirent. Il en conserva même les traces comme empreinte biométrique, et n'hésita pas à en faire, vis à vis de Thomas par exemple, une preuve d'existence.

Il est possible de se demander si ces excommunications brésiliennes sont bien catholiques.

J'hésite à aller plus loin. L'histoire de la Renaissance nous apprend que certains hauts dignitaires de l'église de l'époque, de manière que l'on jugerait aujourd'hui au civil, voire au pénal, hautement indigne, ont résolu à leur manière les problèmes engendrés, si j'ose dire, par leur comportement avec les femmes,  pour parler pudiquement. Certains, par goût – et c'était leur droit le plus strict – ou par prudence, ont préféré les hommes aux femmes ; cela laisse moins de traces. Les riches et les puissants peuvent mobiliser, pour contourner la loi imposée au petit peuple, des processus qui les rendent en apparence blancs comme neige papale.

Si Jésus revenait sur terre, et vivait ou tentait de vivre dans notre siècle son évangile, il y a fort à parier qu'il serait assez vite excommunié.

Crédits : merci à Rembrandt...


Repost 0
Published by Adamantane - dans Libertaire
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 10:04

Voilà un an tout juste que le numéro 8 dû à cette courageuse entreprise éditoriale a été affiché dans les kiosques. Quelques spéculateurs ont tenté de profiter de l'aubaine, mais la dure réalité de ces temps de crise a frappé ce petit commerce. Il y a toutefois en ce moment sur ebay  un n°4 à 9,50 € et un n°2 à 8 €...

Encore trois années à attendre pour pouvoir espérer découvrir le numéro 9. Il y a un an, j'ai bien entendu demandé à mon libraire favori de penser à m'en mettre un de côté. Il m'a bien sûr répondu oui, mais j'ai des doutes : il n'a rien noté...

Début 2012, l'actualité sera chargée en France. Le sergent Nicolas Bitur aura-t-il, ou non, réussi à creuser son nouveau trou électoral assez grand pour y mettre à la fois les décombres du premier et les promesses du second ? Ou en sera la mondialisation, déjà expérimentée par le sapeur délocalisé de Gleux-lès-Lure à Besançon ? Ou en seront les processus d'intégration ethnique, que préfiguraient déjà les agissements de Camember, faisant d'un orphelin kabyle un sergent instructeur de l'armée française..

Rendez-vous à l'an prochain. Nous serons à mi-parcours...
En attendant, si le sapeur vous manque, rendez-lui une petite visite.
Repost 0
Published by Adamantane - dans Communiqués
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 18:23
Les podiums olympiques comportent trois niveaux – comme la formule du même nom, due au regretté Evangelista Torricelli, utile pour calculer la capacité d'un tonneau – et à ces niveaux sont associés trois métaux qui reflètent la hiérarchie des monnaies, ce qui pourrait laisser croire à une collusion bien sûr impossible entre l'argent, le sport, et le Saint-Esprit de cette trinité, la drogue.

J'ai pensé que cinq niveaux expriment mieux la proportionnalité entre les efforts et les résultats. D'ailleurs les milieux sportifs pourraient y venir eux aussi,  les élus des niveaux supérieurs courant le risque de plus en plus fréquent d'être déclassés, l'opération du Saint-Esprit devenant plus facilement détectable avec les outils des Experts.

Si donc cinq niveaux matérialisent une échelle de valeur équitable et sûre, alors voilà les cinq articles de ce blogue déclarés gagnants la semaine passée :

Nicole Louvier - 54
Le hoax de Baltimore - 32
Rampe débillardée - 26
Bravitude - 19
Nicolas de Cues - 19



C'est donc à Nicole Louvier, et à son ombre,  que reviennent l'honneur d'illustrer ce papier. Merci aux lectrices et aux lecteurs qui l'ont placée en tête de ce nano-sondage de popularité.
Repost 0
Published by Adamantane - dans Adamantane plus
commenter cet article
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 16:03

Nicolas de Cues demeure moins lu que Michel Onfray et moins connu que Bernard-Henri Levy. Il est vrai que, comme philosophe, il a de lourds handicaps à assumer. Pas d'agent littéraire, pas de couverture médiatique, pas de relations dans la blingblingosphère...
Circonstances agravantes, il naquit vers 1401, portait un nom patronymique à consonnance étrangère –  puisque né Nicolas Chrypffs – et fut évêque puis cardinal.
Les armes de sa ville natale comportent, fait remarquable, outre un ours et deux clefs, une écrevisse.

En fait, cet illustre inconnu, continuateur de Raymond Lulle et de Maître Eckart, un pied dans le Moyen-âge finissant et l'autre dans la Renaissance naissante, est ce qu'en hexagonal branché nous pourrions nommer un interface conceptuel.
Sa pensée gagne à être visitée, déchiffrée, connue. Praticien de l'oxymore, vêtu de docte ignorance et de coïncidence des opposés, il nous apporte une vision originale et moderne qui annonce les principes de relativité et d'incertitude.

L'association Les héritiers de Filippo Brunelleschi organise deux rencontres dédiées à Nicolas de Cues. Un de ses spécialiste européens, le professeur Jean-Marie Nicolle a accepté d'en être conférencier.

Ces événements auront lieu :

-le mercredi 28 Janvier 2009, avec une présentation générale –  Les principes de sa philosophie, les sources de sa pensée, quelques découvertes sur le monde, la terre et l'homme

- le mercredi 18 Février 2009, via l'approfondissement d'une de ses œuvres, le De Visione Dei – sive De Icona – (1453), étude sur l'art de son temps –  icônes byzantines, peintres flamands, artistes italiens et recherches sur la perspective –  la métaphore de l’omnivoyant  et la pensée vue comme miroir vivant.

Le rendez-vous est à Paris, au Novotel de la Porte d'Asnières, à 19 h 30. Un cédérom contenant la contribution du conférencier sera proposé aux participants.


Repost 0
Published by Adamantane - dans Communiqués
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 17:09
Je viens d'essayer d'ajouter l'adresse du site de Martine Morillon-Carreau dans la table des liens, mais Over-Blog, dans sa grande sagesse, a décidé que l'adresse http://m.morillon.carreau.free.fr/ n'était pas valable. Essayez tout de même de cliquer dessus pour voir...

D'ailleurs, je viens de copier sournoisement l'image du verbalabyrinthe sur la page d'accueil de son site...

L'essentiel du message n'est pas dans cette remarque. Je voulais dire : allez lire ce qu'elle écrit, et profitez-en.
Il y a aussi ce qu'elle fait, mais ceci est une autre histoire : il est curieux de constater que certains poètes sont centrés sur l'existence de leur œuvre, et d'autres se préoccupent, parfois aussi, souvent surtout, de faire connaître le travail des autres.
Repost 0
Published by Adamantane - dans Nouvelles des arts
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 19:32


Où résident les lecteurs de ce blogue ? Un sondage fait courant octobre, et portant sur 457 visiteurs consécutifs, montre que 94 d'entre eux venaient d'au delà des frontières de la France métropolitaine , soit 20 %.

Certaines localisations plus précises portent en elles leur part de rêve et d'incitation à l'exploration, à l'aventure : Fontaine-la-gaillarde, Restinclières, Walferdange, Kolea, Salazie, Cobb, Mountain View, Ozoir-la-ferrière, Wemmel, Ambillou, Bardaw, Larache, Seraing, La Possession, Bonneuil-matours, Bagsværd, Harelbeke, Boudry, Mareil-sur-mauldre, Poucharramet...

De manière plus détaillée, la répartition des lecteurs lointains est selon ce relevé


19 Canada

18 Belgique

15 Etats Unis d'Amérique




6 Suisse

5 Algérie

5 Maroc

4 Allemagne

4 La Réunion

2 Polynésie française

2 Irlande

1 Espagne

1 Danemark

1 Salvador

1 Italie

1 Corée du Sud

1 Liban

1 Luxembourg

1 Ile Maurice

1 Hollande

1 Portugal

1 Fédération de Russie

1 Slovénie

1 Tunisie

1 Royaume Uni

Repost 0
Published by Adamantane - dans Adamantane plus
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 16:43

Le film  Nos enfants nous accuseront  raconte l'initiative d’une municipalité rurale qui décide de faire passer la cantine scolaire au bio (en anglais : organic food), en  finançant le surcoût  apparent de cette mesure.
Inquiet du danger sanitaire qui menace une génération exposée jeune aux retombées des milliers de tonnes de pesticides et autres éléments perturbants pour l'équilibre écologique et la bonne santé de Gaïa déversées chaque année sur nos terres, des élus décident de prendre les carottes par les fanes.
Le film commence à l’UNESCO, lors d’un colloque réunissant des experts mondialement reconnus de la médecine, signataires de l’Appel de Paris. Une seule consigne : ne pas se contenter de constater les excès, mais prendre tout de suite des moyens d’agir, même modestes,  pour que nos enfants ne nous accusent pas de les avoir mal élevés.

Ce documentaire risque de demeurer confidentiel, étant donné le faible nombre de salles obscures qui le programmeraient. Il est vrai que le titre, plutôt culpabilisant et un peu généralisteur, risque de rebuter.

En fait, il conviendrait bien, vu son scénario, de support pour un débat public sur le thème de l'alimentation  rationnelle.

-Est-ce aux institutions scolaires ou municipales de faire face à l'incompétence ou au laxisme des parents, éducateurs primordiaux, en matière d'habitudes alimentaires ?
-Pourquoi a-t-on progressivement disjoint le marché des fruits et légumes, pour ne rien dire de celui des produits laitiers, des volailles, poissons et fruits de mer, du rythme des saisons et des particularités du pays d'habitat ?
-Par quels canaux d'influence la mode et le marquetinnegue ont-ils pu pousser les chalands à se complaire à acheter des produits aux formes calibrées, aux couleurs normalisées, aux saveurs anodines, qui durent à peine le temps de les sortir de leur emballage ?

Les progrès des moyens de transport ont facilité l'accès – mais à quel coût global ? – aux produits exotiques. Mais, d'une part, c'est juste bon pour les jours de fête ; il y a soixante ans, une orange était un délice rare, pas un supplice atemporel. Et d'autre part, j'ai rencontré des gens qui pensent de bonne foi que le panais vient du mexique, la pêche de vigne du japon et la carotte du bâton ...

Ce n'est pas une raison pour s'abstenir de se faire une idée personnelle sur le documentaire de Jean-Paul Jaud. Au moins en regardant la bande-annonce.
Pour lancer la vidéo, cliquer sur la zone ► en bas à gauche de l'écran. Pour l'arrêter, cliquer sur la zone || en bas à gauche de l'écran...Bien plus facile que d'arrêter le déferlement de l'agro-chimie !


Pour lancer la vidéo, cliquer sur la zone ► en bas à gauche de l'écran. Pour l'arrêter, cliquer sur la zone || en bas à gauche de l'écran...Bien plus facile que d'arrêter le déferlement de l'agro-chimie !
Repost 0
Published by Adamantane - dans Systémique
commenter cet article