Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Adamantablogue
  • Adamantablogue
  • : *Étonnement systémique et libertaire *Évaluations de l'actualité culturelle, artistique, politique, économique, sociale *Ouvertures vers la pensée non conformiste
  • Contact

Partenariats

 

Liminaire

Le site source de ce blog, adamantane.net, a été mis en chantier et en ligne pour assurer simultanément plusieurs fonctions :
  • Présenter un ensemble de littératures polychromes : poèmes, essais, critiques, préfaces, documents pédagogiques, schémas didactiques, fragments sur des thèmes divers
  • Publier des auteurs, et plus généralement afficher des artistes, connus comme méconnus
  • Servir de portail à des associations à but artistique et culturel
  • Accueillir des activités d'écriture collaborative
  • Dissimuler un espace privé dédié à des recherches symboliques.
Son rédacteur veut les assurer de manière :

  • Systémique : les liens et interactions entre les divers domaines de la pensée active constituent en noosphère vivante ce qui sans eux ne serait qu'une froide encyclopédie des savoirs ;
  • &, conjonction de coordination
  • Libertaire : la personne est première ; les maîtres à penser sont à fréquenter avec d'extrêmes précautions, et le progrès nait de la réflexion autonome de chacun venant se combiner à celle des autres.


Recherche

Adamanquoi ?


Rédacteur Agoravox


Nous sommes tous capables d'observer et de commenter.



fremen
Nous sommes tous responsables de l'état de la terre (et du ciel...).



Nethique.info

Nous pratiquons tous les bonnes manières, surtout avec les inconnus.



Cyber@cteurs

Nous pouvons tous intervenir directement dans les processus de décision.





Nous sommes tous aptes à décider de ce qui est bon pour nous.



Nous habitons tous le même village en forme de globe.

Add to Netvibes

Nous avons les moyens de regouper nos blogues en réseau .




Nous pouvons faire connaissance directement par delà les terres et les mers.

Archives

2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 15:05
farfalle.jpgImaginons que dans une conversation se glisse une phrase telle que : ah, la farfalitude de Proust...ou bien...vous me croirez  si vous voulez, mais lors de mon dernier séjour à Venise j'ai vraiment ressenti l'impression de farfalitude qui se dégage du fameux tableau de Canaletto, vous savez, Le Grand-Canal et l'église du Salut...ou bien encore...François Mauriac ? Sa farfalitude n'a d'égale que son ambiguité affective  ...
Quelle serait alors votre réaction ?
La farfalitude a-t-elle à voir avec les farfalle, les farfadets, les farfelus ?

Si quelqu'un a une idée...

Crédits : merci à l'inventeur de la farfalle, la pasta italienne la plus légère qui soit,  puisque fille de madame mouchabeure et de monsieur papillon
Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 10:20
cam2.jpg

Une équipe scientifique regroupant le laseldi, ou Laboratoire de sémio-linguistique didactique et informatique et le Centre Jacques Petit (Archive, texte, science des textes) de l’Université de Franche-Comté, la Maison des sciences de l'homme et de l'environnement Claude-Nicolas Ledoux et la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon a travaillé à constituer un fonds numérisé de la collection du Petit Comtois de 1883 à 1942.


Sont plus particulièrement attachés à ce projet Virginie Lethier, doctorante, Philippe Schepens, Maître de conférence et Jean-Marie Viprey, Professeur, créateur de la suite logicielle Astadiag, environnement informatique d'établissement et d'exploration de textes pour l'analyse du discours.

A terme, c’est l’archivage numérique et l’exploitation pluri-disciplinaire d’une base comprenant l’ensemble de la presse de la région Franche-Comté qu'ils, vont réaliser.


Parmi les titres relevant de cette seconde opération figure La Bougie du Sapeur, qui a paru de…1904 à 1911.

Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 18:56

Un incident de communication entre le robot-courrier de Fabula et les abonnés à une des lettres périodiques de cette honorable site dédié à la recherche littéraire a engendré ce dimanche un trafic inhabituel sur la Toile.
Un des échanges nés de cette nouvelle donne a pris l'allure d'une traque verbale.
En voilà le verbatim – enfin, presque... :

----------

► L'un
... enlever fissa mon nom du fichier de votre lettre, avec ses intervenants foutraques, qui pollue depuis hier ma messagerie sans interruption.

► L'autre
Cher correspondant,
les épanchements internautiques du robot de Fabula m'ont remis en mémoire un livre de Pierre Boulle – sauf erreur – sur l'idiotie congénitale des machines. En écrivant à son adresse [ abula-lettre @ fabula.org ] vous le mettez sans le savoir en demeure de diffuser votre légitime protestation à tous les membres de la liste qu'il "gère"...Et il obéit.
Depuis hier soir, cette mésaventure me permet de faire un peu de littérature comparée pratique : chacun son style et la variété n'est pas triste.
Il m'arrive d'aller sur le chasse-clou, dont le nom a pour moi quelque attirance : j'ai appris la menuiserie dans l'atelier de mon père, et pour moi le chasse-clou, qui n'a d'ailleurs d'utilité que pour les clous à tête d'homme, restriction dont une lecture symbolique est possible, était l'instrument magique qui venait emboiser (enfoncer dans le bois...) la tête de la pointe dans le parclose, la vitre posée, ou le couvercle de baguette électrique, les fils installés dans le sarcophage de la rainure.
Je n'ai trouvé foutraque, qui a un petit air argotique, ni dans le Larchey ni dans le Lacassagne (*). Condensation de fou + détraqué ? Je consulte le webmestre du blogue éponyme....
Bien cordialement.

► L'un
Cher Jean-Pierre Desthuilliers,
Merci pour votre mail qui me met un peu de baume au coeur car j'ai reçu n certain nombre d'insultes, suite à ma manoeuvre généralisée alors qu'avec l'adresse de l'expéditeur "fabula.org" j'ai pensé un instant n'atteindre que lui-même.
Las, je ne vais pas renvoyer un mail, un peu moins énervé, à tout le monde pour dire que je présente mes excuses (ainsi qu'à ma famille) comme DSK...
Merci également pour vos remarques sympathiques concernant Le Chasse-clou et les origines du nom, que j'avais un peu étudiées avant de lancer ce petit blog.
En revanche, je peux vous certifier que le mot foutraque existe bien, et je vais regarder si je vous trouve quelque chose de plus précis à son sujet !
Au moins, la liste en folie aura permis de faire circuler cet Ovni littéraire...
Amitiés.

► L'autre
Merci, j'avais bien trouvé ce lien que vous m'indiquez, mais le texte ne me satisfaisait pas.
Si traque est un suffixe désignant l'affaiblissement (= un peu) je n'en ai pas sous la langue d'autres utilisations.
Même patraque, un peu malade, est difficile à raccorder à un radical. D'ailleurs l'étymologie l'associe à un mot entier et non à une construction. Pour mon grand-père maternel, horloger, une patraque était une montre à bas prix. Il parlait aussi d'un clou pour désigner la tocante de pacotille. Je vous remercie de m'avoir mis sur une piste (verbale), par clou interposé, connectant les métiers de mes deux grand-pères.
Bien à vous, et à un de ces jours sur la Toile.
JPD

► L'un
J'ai regardé sur mon Petit Robert, rien, et sur mon Littré de 1882 (héritage de mon grand-père), rien non plus.
Un foutraque est un fou patraque !
Amitiés.

----------

Foutraque vaut 19 points au scrabble...(hors cas compte double et autres bonus).
Et 38 700 coups au but une fois gouguelisé.


Crédits : merci à Hieronymus van Aken , alias Jérôme Bosch pour cette Nef des fous.

(*)
Lorédan Larchey, Nouveau supplément du dictionnaire d'argot, Librairie de la Société des Gens de Lettres, E Dentu, éditeur, Paris 1889.
Docteur Jean Lacassagne, Médecin des prisons et du Service des mœurs de la ville de Lyon, L'argot du "Milieu", Avec la collaboration de Pierre Devaux, préface de Francis Carco, Albin Michel  éditeur, 1935. Lexiques argot-français et français-argot.


Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 16:16

La perle rarissime n'est pas obligatoirement la concrétion monstrueuse que la capitaine Nemo engraisse (*), ou du moins cultive. Aucune allusion à la perle de culture, au sens ministériel, mais prise en compte des réalités de la joaillerie marchande dans un siècle précurseur d'une mondialisation naissante qui déjà exploitait les ressources en main d'œuvre des régions sub-tropicales.

La perle rarissime est, pour le geek  gougueulimane, le mot introuvable même entre les tentacules de la pieuvre verte de l'internet, le mot-eur de recherche le plus coté en bourse.
Aujourd'hui, mardi 26 août 2008, pas de succès avec | zootériste|. La recommandation est la chasse au | scootériste |...Je laisse ce soin à des agents spécialisés, bien connus des conducteurs de deux-roues des conurbations.

Alors, qu'est un zootériste ?
En toute logique grammaticale, ce vocable désigne un adepte du zootérisme. Là, Gougeule affiche quatre (4) occurences. Et conseille un détour par | ésotérisme |.
Le mot est repéré sur un forum, à propos de la place des anges dans le culte orthodoxe ; Il s'agit manifestement d'un néologisme pour désigner un nouveau spécimen ailé facile à classer dans le jardin zoologique de l'ésotérisme.

Laissons libre cours au jeu des associations verbales.

-Par contraction : un zozo ésotérique mérite la qualification de zootériste.

-Par dérivation contaminée : un spécialiste des zostères est un zoostériste, la syllabe initiale  zo étant transformée en zoo par attraction de la racine zoo, plus intelligible dans les sciences de la vie. A noter que l'étymologie de zostère serait un emprunt au latin d'époque impériale zoster, du grec ζωστήρ, la ceinture – allusion à la morphologie de la feuille de la plante (**).

-Par construction syntaxique : un chercheur en symbolisme ésotérique des animaux serait un zootériste. Piste fructueuse, le nombre d'animaux réels jouant un rôle dans les divers mythes de l'inconscient collectif planétaire dépassant la centaine. Pour ne rien dire des animaux dit mythiques, et des animaux énigmatiques objets d'étude de la cryptozoologie.

-Par transcription phonétique type essemessiste : le sauteriste, théologien spécialisé dans l'économie du salut, devient zootériste, certaines formes de cette économie, dont la prétendue catholique (***), mettant en scène divers animaux, en particulier, outre l'âne et le bœuf, subalternes, la colombe trinitaire.

Crédits
Merci à Marthe Rousseau pour ce cliché d'une Pinctada margaritifera (****) qui au premier coup d'oeil évoque une des planches en couleur du test dit d'Hermann Rorschach, et avec plus d'attention certains plans pseudo-symétriques à la  Stanley Kubrick. J'ai peut-être férquenté des doctorants et maîtres de ce laboratoire du temps où je co-préparai et co-réalisai les premières doctoriales du Museum, à Dourdan, du 15 au 20 juin 1997...

Notes
(*) Relire vingt mille lieux sous les mers, et chercher le mot tridacne. Ou bien aller directement au chapitre II de la 2° partie, "une perle de dix millions"...
(**) Il est difficile d'atablir un lien entre ce mot et un récent slogan d'un distributeur (de profit aux actionnaires), à savoir la comparaison entre la vie Auchan et la vie Dzaustère, encore que faire ses achats dans ces temples de la consommation soit peut-être une manière de se serrer la ceinture sans s'en rendre compte
(***) les adeptes des enseignements de l'église prétendue réformée comprendront, avec toute ma sympathie, l'allusion.
(****) Le mot latin pour perle est margarita, directement translittéré du grec μαργαρίτης, margaritès. Le mot français perle nous vient du latin perna, coquillage, via l'italien perla. Le mot français est passé tel quel en anglais, avec la métamorphose orthographique restituant au mieux  la prononciation : pearl ; un port célèbre depuis le 7 décembre 1941 a rendu ce mot universellement connu. La marguerite est aussi un des noms du chrysanthème....et d'un mélange alcoolisé à base de tequila, sous-produit du cactus bleu.


Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 17:29

Le premier des nombres, au sens  de l'axiomatique de Giuseppe Peano, est un nombre premier. Ερατοσθένης ,  alias Ératosthène imagina de passer au crible l'ensemble des réels entiers positifs pour contruire la table des premiers nombres premiers. Sa technique fut perfectionnée depuis par A. Oliver L. Atkin [*] et Daniel Julius Berstein de l'Université de l'Illinois. Bernhard Riemann conjectura vers 1859 qu'il existerait un ordre, encore à découvrir, dans la théorie (au sens de suite ordonnée d'objets, non d'hypothèse de travail...) des nombres premiers.
La démonstration de cette hypothèse rapporterait 1 000 000 de US$ à son auteur, et ruinerait certains concepteurs de clefs de cryptage.

Marcus du Sautoy, chercheur à l'Université d'Oxford, a publié en 2003 The music of primes, traduit par Raymond Clarinard aux éditions Héloïse d'Ormesson sous le titre La symphonie des nombres premiers.
On retrouve sur le blog-notes de mathématiques du coyotte, sous la responsabilité de Didier Müller, en date du 14 octobre 2005, de très larges extraits copicollés et un lien vers l'original de l'article publié page VII dans Le Monde des Livres  daté du même jour, donc publié la veille,  sous la signature de Michel Alberganti,  sous le titre L'obsédante quête du Graal des mathématiques.

Quels nombres premiers intéressent-ils les poètes ?

Une première étude de la question  passe par la métrique. Une représentation plane de la diversité des œuvres dites à structure régulière pourrait être construite en portant :
-en abcisses la lingueur, mesurée en syllabes, du ou des vers constituant la pièce
-en ordonnée le nombre total de vers utilisés, si l'on considère la strophe comme une réalité intermédiaire, ce qui est d'ailleurs discutable ; le nombre de stophes pourrait être considéré comme la troisième dimension de l'espace d'analyse, et par conséquent le nombre de vers par strophe comme la deuxième.

En prosodie francophone, le nombre premier n'a pas la faveur des poètes pour la première dimension, du fait de la forte attractivité des rythmes pairs, et ce en dépit de l'incitation de Paul Verlaine dans son Art poétique :

...Et pour cela préfère l'impair
Plus vague, et plus soluble dans l'air
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose
.

A noter que ce poème dédié à Charles (Victor Marius) Morice , qui commença d'ailleurs par en réfuter les propositions dans un article de La nouvelle rive gauche, qui contribua paradoxalement à la renommée du Pauvre Lélian, est la treizième pièce de Jadis et Naguère.

Le haiku traditionnel, avec son cadencement 5-7-5, ses 3 vers et ses 17 syllabes, aurait, lui, une structure "purement première". Le sonnet classique, au contraire, enfermé dans ses 4 strophes - dont il est vrai deux tercets - , ses 4 rimes et ses 14 vers serait assez résolument non-premier.

Une seconde étude passerait par une analyse de contenu approfondissant la place du nombre premier, des nombres premiers, dans le vocabulaire utilisé.

Le livre du TaroT pourrait lui aussi être interrogé...

Note :
[*] si quelqu'un a une idée de ce que cachent les initiales A. et L., je le remercie de me le dire.






Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 21:43

Dans la perspective ouverte par mon papier (très) récent au sujet de Louis Jacot,  j'ai reçu d'un libraire d'occasion – à qui je l'avais commandé, et que je  remercie ici– l'ouvrage Méditations sur le Mouvement, aux Éditions du Scorpion, Paris, 2° trimestre 1963.
Cet exemplaire est dédié à Robert Courrier ( envoi autographe de l'auteur...). Qui était ce Robert Courrier ?
Marie, Jules, Constant, Robert Courrier, né le 6 octobre 1895 à Saxon-Sion, en Lorraine, dans une famille d'instituteurs, mort le 14 mars 1986, entra au Collège de France en 1938, à 42 ans, venant de la Faculté de Médecine d'Alger. Il fut élu membre de l'Académie des sciences le 26 juin 1944 (section d'anatomie et zoologie) et secrétaire perpétuel pour la division des sciences physiques  le 10 mai 1948. Il était aussi membre de l'Académie nationale de médecine et de l'Académie nationale de pharmacie. Sa spécialité était l'endocrinologie. Il découvrit, trois mois seulement après Edgar Allen,  l'hormone qu'il appela la folliculine.

Qu'attendait Louis Jacot de Robert Courrier en écrivant sur la page de garde de ce livre : A M. Robert Courrier, de l'Académie des Sciences, hommage de l'auteur...?

Dans l'affaire Antoine Priore, qui dura de 1950 à 1983, ( lire Savants maudits, Chercheurs exclus de Pierre Lance), Robert Courrier avait en pris le parti de la science expérimentale contre la science dogmatique. Son intervention fut finalement sans résultat, et l'influence curative prouvée des radiations électromagnétiques sur certaines tumeurs cancéreuses demeura dans le tiroir des découvertes gênantes avant d'aller nourrir la corbeille à papier des idées dérangeantes...

Louis Jacot avait peut-être attendu un soutien, un écho même seulement, de Robert Courrier, en faveur de ses thèses iconoclastes sur les fondements cosmologiques de la physique universelle. Mettant  en doute la capacité de la physique classique, fondée sur l''intuition de la permanence et de l'inertie, à expliquer l'évolution du cosmos, il plaidait en effet pour une physique évolutive assise sur des postulats plus dynamiques, où la règle est le changement et l'exception la stabilité.

Saurons-nous jamais ce que Robert Courrier en pensa ?
Le livre que j'ai acheté n'est pas coupé.

Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 16:07

En écoutant France-Info, j'entends parler d'adamanssiaume, une entreprise développant un filtre téléchargeable à associer à notre fureteur  pour que nos enfants n'aient pas accès par inadvertance à des sites internet  (tiens, internet est devenu un adjectif qualificatif ? ) trop faits pour ...les enfants (périphrase).

Les diphtongues an et en étant souvent prononcées à l'identique, et ma discrimination auditive n'étant plus ce qu'elle était, j'ai visualisé adamantium. Erreur. Il ne s'agit pas du métal inventé par Myron McClain dans le quel fut forgé (enfin, coulé, car comment forger une telle matière ?) le bouclier  de Captain America. Ni d'Adamantium, l'Adrien de Justine Miso... Il  s'agit d'adamentium.

Les informations données sur le  site de cette entreprise cumulent :

- approximations orthographiques à connotations surréalistes:
Une efficacité de filtrage optimale, là où les listes noires sont dépassées et incapables de comprendre le contexte dans lequel sont employés les mots, ce qui entraîne des pages affichées ou bloquées à tord.
A tord et à boyau ? A taure et à bouvet ? A Thor et à Odin ? A Taur et à reau [1] ? A tore et à travers [2] ? A torr et à pascal [3] ? , A tors et à vrille ? A tort et à droit ? ...

-lyrisme technologique à envolées poétiques :
Une analyse multilingue d'une précision extrême : simplification linguistique par radicalisation, précision sémantique et recherche des co-occurrences.
Le poème multibouche  co-occurre avec la racine de la langue...

Toutefois l'idée qui consiste à mettre à la disposition des parents un moyen de relayer leur action éducative en les aidant à fixer des limites mérite d'être encouragée.
Et même à mon âge,  bien qu'ayant vu pas mal de choses, je serai ravi qu'adamentium se préoccupe de préserver les grands-pères des porno-spam qui encombrent nos boîtes à lettres et devant lesquels on s'pâme pas.

Maintenant, si quelqu'un a idée du lien existant entre le nom de cette entreprise et l'adamentium, qu'il le dise...

Crédits
: merci à Dream Machine pour la photographie de ce filtre à air chromé camembert, qui figure sur son site au palmarès de ses ventes en ligne.

[1] Lire le récit, connu des habitants de la ville rose, de la mort légendaire de Saint Sernin.
[2] Se souvenir de l'emploi des verres toriques pour corriger l'astigmatie.
[3] Là, je mets la pression...
Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 18:22

Fortitude est un mot rare, mais chargé d'histoire.  Attesté au  XIVe siècle, et dérivé du latin fortitudo, « courage », lui même engendré par suffixation  de fortis, « courageux ». La fortitude est la force morale. Le mot a été conservé vivant en anglais, et a désigné une des opérations de désinformation montées pour faciliter le débarquement de juin 1944 ; un livre et un film l'ont remis en vogue...
L'arcane XI porte aussi parfois ce nom dans le Tarot  anglais.

Fortitude est le nom de l'attitude des forts. Bravitude est celui de l'attitude des braves...
Manque socialitude, mais peut-être un jour...

D'altitude à vicissitude, environ 38 substantifs français actuels partagent la rime en tude, et 29 celle, plus riche encore, en itude.

Raphaël Confiant inventa la crassitude. La frontière entre néologisme, dérivation créative et revigoration de mots désuets est translucide et poreuse.
Que reprocher à bravitude, sinon d'être à la fois facile à comprendre et tout à fait  conforme à ce que les linguistes osent encore parfois nommer le génie (au sens génie grammatical, art de construire la parole) de la langue française ?

Parler de bravoure  eut-il été une bravade ? Si quelqu'un a une idée...

 
Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article
5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 16:43

Un pangramme  [chercher sur la page ainsi ouverte le mot pangramme dans la rubrique bric-à-brac ] est un texte à contrainte dont les définitions sont nombreuses, et les variantes aussi.
Pour moi la question cruciale n'est pas comment faire pour pangrammer dans les règles , mais bien quel plaisir tirer de vaincre cette contrainte .

Car, quel travail...Surtout pour imaginer un (ou des) process permettant de construire ce produit somptueusement inutile, sauf à vouloir condenser en trois ou quatre dizaines de lettres formant  phrase (ou pseudo-phrase) un abécédaire.

Seules les langues transcriptibles en écriture alphabétique semblent pouvoir être raisonnablement pangrammées. S'il y a 1 500 sinogrammes essentiels en mandarin (en écriture  漢字/汉字 – hànzì –, pas en 拼音   – pīnyīn, bien sûr), les pangrammes ont la longueur d'une nouvelle...et avec les 55 000 recensés on vient concurrencer Guerre et Paix ?

Que serait un pangramme dans une langue dense, telle que l'hébreu ? Si quelqu'un a une idée...(ou plutôt un exemple).

Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 12:30

L'art de l'autoportrait consiste, en résumé, à s'opérer comme sujet dans son art. Selon l'art pratiqué, le processus est plus ou moins réalisable et le produit plus ou moins pertinent en référence au but poursuivi.

Dans un premier temps, j'ai essayé d'évaluer la faisabilité  d'un autoportrait en fonction de la nature de l'activité artistique exercée. Ce classement, provisoire, est :



-Technologiquement facile : les arts de l'image, à deux ou trois dimensions, souvent considérés comme seuls aptes à permettre cette manifestation de la volonté interprétative de l'ego...si l'un dit autoportrait l'autre pense peinture et miroir...  :
       Graveur – Peintre – Dessinateur – Sculpteur – Modeleur – Cinéaste – Photographe – Calligraphe

-Technologiquement jouable : les arts de l'écriture. L'autoportrait en littérature, à nuancer de l'autobiographie, fait l'objet de ... recherches littéraires. Le graphologue considère-t-il la page d'écriture comme un autoportrait à décoder ? En quelle mesure un CV est-il aussi un double AP, identité écrite et identité photographiée ? Une réponse personnelle à un test projectif est-elle un autoportrait  ésotérique ? Combien de fois le mot autoportrait dans des titres d'ouvrage ?
        Écrivain – Essayiste – Philosophe – Dramaturge – Poète

-Technologiquement risqué : les autres arts
        Chorégraphe – Musicien – Architecte –Chanteur (la musique, pas les paroles...)

Une gougueulisation de autoportrait dénonce 1,4 MRéférences (soit dix fois moins que portrait ; hétéroportrait et homoportrait donnent, eux, cent mille fois moins de  touches, soit une vingtaine... voilà deux néologismes presque libres de droits ?) et 25 KImages...Et à peu près autant pour auto portrait (en deux mots).

Les psychopathologues s' y intéressent...

Un blogue n'est-il pas en fait un autoportrait construit par petites touches ? Si quelqu'un a une idée...

Crédits :  merci à Ciri Bull, le seul à avoir signé un autoportrait en l'intitulant hétéroportrait....
Repost 0
Published by Adamantane - dans Recherche
commenter cet article