Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Adamantablogue
  • Adamantablogue
  • : *Étonnement systémique et libertaire *Évaluations de l'actualité culturelle, artistique, politique, économique, sociale *Ouvertures vers la pensée non conformiste
  • Contact

Partenariats

 

Liminaire

Le site source de ce blog, adamantane.net, a été mis en chantier et en ligne pour assurer simultanément plusieurs fonctions :
  • Présenter un ensemble de littératures polychromes : poèmes, essais, critiques, préfaces, documents pédagogiques, schémas didactiques, fragments sur des thèmes divers
  • Publier des auteurs, et plus généralement afficher des artistes, connus comme méconnus
  • Servir de portail à des associations à but artistique et culturel
  • Accueillir des activités d'écriture collaborative
  • Dissimuler un espace privé dédié à des recherches symboliques.
Son rédacteur veut les assurer de manière :

  • Systémique : les liens et interactions entre les divers domaines de la pensée active constituent en noosphère vivante ce qui sans eux ne serait qu'une froide encyclopédie des savoirs ;
  • &, conjonction de coordination
  • Libertaire : la personne est première ; les maîtres à penser sont à fréquenter avec d'extrêmes précautions, et le progrès nait de la réflexion autonome de chacun venant se combiner à celle des autres.


Recherche

Adamanquoi ?


Rédacteur Agoravox


Nous sommes tous capables d'observer et de commenter.



fremen
Nous sommes tous responsables de l'état de la terre (et du ciel...).



Nethique.info

Nous pratiquons tous les bonnes manières, surtout avec les inconnus.



Cyber@cteurs

Nous pouvons tous intervenir directement dans les processus de décision.





Nous sommes tous aptes à décider de ce qui est bon pour nous.



Nous habitons tous le même village en forme de globe.

Add to Netvibes

Nous avons les moyens de regouper nos blogues en réseau .




Nous pouvons faire connaissance directement par delà les terres et les mers.

Archives

21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 16:32


Journée du mardi 21 mai 1968


Communiqué des représentants des cadres

élaboré le 21 mai à 10 h


Sur leur demande, les représentants des cadres ont été reçus lundi soir par le DG, H***-J*** P***. Les représentants désignés étaient :
-le délégue des cadres au CE,
-et les rapporteurs des quatre groupes qui avaient, dans la journée, élaboré la motion déposée.

Le DG, ayant pris connaissance du texte, a fait savoir :
-que la DG était d'accord pour engager le dialogue avec les cadres sur les différents points évoqués ;
-qu'étant donné le nombre des questions posées, il demandait l'établissement deune classification par ordre d'importance ;
-que le contenu des questions posées soit mieux précisé et délimité ;
-que des procédures lui soient proposées concernat la manière d'aborder et de conduire le travail suivant la nature des questions posées.

Plan de travail pour la réunion des cadres le 21 mai à 14 h


-1-Relecture de la motion du 20 mai
-2-Lecture commentée du communiqué
-3-Débat sur le thème : êtes-vous d'accord pour que nous préparions immédiatement, suite à la réponse donnée, le tri des questions par ordre d'importance/urgence et la description d'une méthode de travail pour chacune d'elles ?
-4-Choix des questions prioritaires
-5-Délimitation du périmètre de chacune de ces questions et définition d'engager le dialogue avec la DG sur chacune d'elles

Nous proposons :
-a- de faire ce travail comme hier en quatre groupes, chacun étant maître de sa méthode ;
-b-d'établir un CR écrit du résultat de la réflexion  de chaque groupe qui désignera trois personnes pour travailler à une synthèse par délégation des membres des groupes, auxquelles se joindra le délégué des cadres au CE, soit 13 personnes au total ;
-c-de mettre, en parallèle, le CR de chaque groupe à disposition des autres groupes ;
-d-de soumettre le résultat final à l'approbation générale ;
-e-de déléguer les mêmes représentants qu'initialement pour présenter à la DG le résultat de la synthèse et en défendre le contenu.

Résultat du travail de la journée, entre 14 h et 21 h 30


-Rédaction d'un préambule définissant le contexte, refusant que les questions classées en fin de liste soient écartées, et insistant sur le fait qu'après avoir accepté d'approndir la forme les cadres entendaient traiter du fond.
-Classification des questions initiales, après débat sur les liens logiques entre les thèmes, et approfondissement des thèmes communication dans l'entreprise et participation à la préparation des décisions, par la méthode des notations cumulées – la fourchette de notes allant de 114 (maximum théorique 117) à 42 – .
-Reformulation de certaines questions, à l'exclusion de deux d'entre elles jugées assez claires dans leur version initiale.
-Refus de définition de procédures générales de présentation et de discussion avec la DG, chaque thème méritant son propre traitement.

Sources : CR rédigé par J*** S***, Secrétaire de la Présidence de la Compagnie, et notes personnelles.


Repost 0
Published by Adamantane - dans Mai 1968
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 08:36


Journée du lundi 20 mai 1968

Réunion spontanée du matin


Le lundi 20 mai, à partir de 9 h, une réunion a rassemblé au Laboratoire d'Electronique 58 des cadres de la Compagnie. Devant la gravité de a situation actuelle dans l'ensemble du pays, ils ont décidé de se prononcer sur la question suivante qu'ils ont porté au vote :
Décidons-nous un arrêt de travail jusqu'à 15 h, pour savoir si nous nous joignons au mouvement de grève en cours et exprimer nos propres revendications ?

La réponse a été OUI, par 54 voix contre 3 et 1 abstention.

Quatre groupes de travail ont été constitués. Ils ont été animés par quatre cadres élus à cet effet : Mlle J*** S*** et MM. Jean-Pierre Desthuilliers, R*** G*** et J***-P*** L***.

Réunion planifiée de l'après-midi


Les résultats des quatre réunions on été mis en commun, au cours d'une nouvelle réunion générale lundi près-midi. Deux décisions y ont été prises :
-1- Par 32 voix contre 31 et 4 bulletins nuls (*), la majorité des cadres a déclaré qu'elle ne prenait pas part à la grève au delà de la réunion en cours. Devant la faiblesse de cette majorité, aucune décisio n'a été prise à l'échelon du groupe, chcun conservant la liberté d'agir selon son opinion.
-2-En revanche, à l'unanimité, les cadres présents, auxquels s'étaient joints ceux qui n'avaient pu être touchés dans la matinée, ont voté pour que soit présentés à la Direction Générale une motion exprimant leurs principales demandes [ voir la motion jointe (**) ].

Par le même vote, les Cadres demandent à la DG de prendre, sur cette motion, une position de principe avant mardi 21 à 14 h , date à laquelle ils doivent se réunir de nouveau.
Enfin, considérant qu'ils se trouvaient effectivement en grêve pendant les différentes réuinons de la journé, les Cadres en feront la déclaration individuelle au Bureau du Personnel.

(*) Certains cadres absent à la réunion du matin se sont joints aux groupes de travail en cours de journée.
(**) Cette motion fait l'objet d'un papier particulier, du fait de sa relative longueur.

Source : CR rédigé par J*** S***, Secrétaire de la Présidence de la Compagnie
Repost 0
Published by Adamantane - dans Mai 1968
commenter cet article
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 09:42
Le 22 mars, j'avais annoncé la publication rétrospective des événements de mai 1968, tels que je les avais vécus. Nous sommes déjà le 19 mai, et il ne s'est encore rien passé à Freinville...

Il faut dire que c'est aujourd'hui dimanche, et que le JDD, bien qu'existant depuis 1948 n'a pas encore acquis sa notoriété atuelle.
Dans Le Monde daté des 19 et 20 mai, acheté hier pour 0,50 F, j'ai pu lire que les occupations d'usine se multiplient et le trafic de la SNCF est paralysé. Bien que l'agitation sociale se manifeste sous la forme de grèves spontanées avec occupation des lieux de travail, la CGT...n'envisage pas de lancer un ordre de grève générale illilitée, et la CFDT... non plus.

En débarquant à Orly hier soir, de retour de Roumanie, le Général de Gaulle a, selon la radio, déclaré que la récréation est terminée...

Et Jacques Fauvet a écrit dans son éditorial, l'enchainement, que Le monde est tpujours mené par des avant-gardes, des minorités, agissantes ou non, et ce sont les erreurs et les lenteurs du pouvoir qui leur offrent les masses dont elles ont besoin.

Crédits : Pompe à vapeur Westinghouse, image sous licence GNU sur WikiMedia Commons, contributeur Baol, légende : Pompa Westinghouse.Alimentata dal vapore della caldaia ricarica il circuito dei freni.
Repost 0
Published by Adamantane - dans Mai 1968
commenter cet article
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 11:53
mai-68.jpeg

Le 22 mars 1968, je venais de signer 9 jours plus tôt, dans la plus grande discrétion, un précontrat avec la Société Bertin pour y prendre la direction d'une unité de recherche en fluidique. Mon projet était  d'approfondir et développer des travaux commencés quinze mois auparavant au sein de la Compagnie de Freins et Signaux Westinghouse, travaux ayant abouti à quelques brevets prometteurs, mais interrompus à la demande de la maison mère amérikaine, qui "n'y croyait pas".
J'étais donc, le 22 mars 1968, ingénieur P II à la Freinghouse – selon le nom d'amitié donné à l'établissement de Freinville de la Westinghouse , où j'avais un peu plus de trois ans d'ancienneté.

J'étais de plus déçu par les résultats pratiques de ma contribution au groupe d'étude et de programmation préparant l'informatisation de la gestion des flux de production au sein des usines de cette dernière entreprise. L'investissement que j'avais fait en me formant à l'écriture en Cobol  – j'étais un autodidacte d'Algol – était mal rémunéré, et l'ambiance, telle q'entretenue par un dirigeant dont les mœurs managériales étaient incompatibles avec les miennes, délétère.

C'est dire à quel point la lecture que j'avais faite dans Le Monde des articles annonçant l'existence à la fac de Nanterre d'un mouvement de protestation des étudiants m'avait peu touché.


Dans le courant de l'année 1967, j'avais pris conscience, au terme d'un processus entamé le 2 mai 1966, date de ma première prise de responsabilité d'encadrement comme chef de service d'une unité regroupant un laboratoire de mesures etun bureu d'études en méthodologie des essais, du fossé qui lézardait le corps social de l'entreprise. L'émergence de nouveaux moyens de communication et de calcul, le début d'une relative ère d'abondance et d'amélioration du cadre de vie, les espoirs engendrés par le progrès technologique – nous travaillions sur le projet du futur TGV – cadraient mal avec des procédés de management formalistes, cloisonnants, hypocrites. Et les attentes des cadres sortis des grandes écoles dans le début des années 60, qui expérimentaient leurs premières situations de responsables d'équipes et de budgets, ne cadraient pas avec le modèle proposé par la routine antérieure.

A vie nouvelle voie nouvelle. Il nous fallait imaginer une autre manière d'être ensemble.
Je m'étais aventuré dans cette voie -il y avait une attente et un besoin-     avec une dizaine de jeunes ingénieurs de l'entreprise, appartenant à divers services. Nous nous constituâmes en réseau, – réunion délibérative une fois par semaine entre midi et deux, avec repas sandwich, au café du coin – avec pour perspectives de :
-faciliter les communications horizontales directes ;
-pratiquer la formation initiale et permanente de nos techniciens et ouvriers sur la base des situations vécues ;
-créer un référentiel du management équitable ;
-et faire bouger la strate des 35/55 ans qui détenait le pouvoir effectif et agissait de manière clanique et en vertu de la vitesse acquise.
Le réseau distinguait les points focaux – animateurs–, les correspondants – sympathisants – et les membres potentiels, sans tenir compte de l'appartenance à une Direction, du métier ou de la formation d'origine. Nous élaborâmes un manifeste...  Ce manifeste arriva sur le bureau du DG, qui passa une demi-heure à nous dire que c'était de la dynamite et autre demi-heure à noter ce que nous lui expliquions au sujet de ce syndicat spontané, avant de conclure que comme ce n'était incompatible ni avec la recherche de la qualité, ni avec la maîtrise des coûts, ni avec l'humanisme du groupe, il tolérerait la chose à seule condition qu'il n'y ait pas d'exclusions fondées sur l'âge ou le diplôme.

Aussi, quand le vrai Mai 68 se mit à fleurir, le terrain était préparé pour une propagation rapide des idées de contestation de normes implicites perçues comme contre-productives et de recherche de nouveaux espaces de liberté.

J'ouvre sur ce blogue une nouvelle catégorie. J'y publierai, aux dates anniversaires, la chronique, résumée, à partir des notes et documents que j'ai conservés, de cet épisode intercalaire de ma vie professionnelle.
Surprise rétrospective : entre le 1° et le 19 mai 1968, il ne se passa rien de particulier dans les divers établissements industriels sis à Freinville-Sevran, situé à une quinzaine de km de Paris...

Quant à la fluidique...mais n'anticipons pas.

Repost 0
Published by Adamantane - dans Mai 1968
commenter cet article